Pollen Robotics

Dans la valise de Pollen Robotics

Heureusement, Reachy n’est pas programmé pour être rancunier. Le robot de Pollen Robotics a fait le voyage en soute jusqu’à Las Vegas, avec les marinières emportées pour habiller l’équipe. Lui aussi en rayures bleues, Reachy sait jouer au morpion avec les visiteurs. Une partie ?

Pour sa première participation au CES, Pollen Robotics a misé sur la marinière pour habiller toute l’équipe, y compris Reachy, le robot bio-inspiré de la start-up bordelaise. Au début, Reachy n’était qu’un bras droit. Pour le Consumer Electronics Show de Las Vegas, Pollen Robotics lui a offert une tête et un tronc (avec le bras gauche). Sur le stand de la jeune pousse, à l’Eureka Park, Reachy enchaîne les parties de morpion avec le public. Et il a l’air vraiment content quand il gagne.

CES2020 – Introducing Reachy the new open source interactive robot

Dans ses bagages, en plus des marinières, Matthieu Lapeyre a aussi pris des biscuits bio parce que « bien manger aux Etats-Unis est un challenge », et, avec Pierre Rouanet, il a hésité pour le matériel de surf, si jamais le séjour se prolonge vers la côte. Pour l’heure, l’équipe de Pollen Robotics est plongée dans le tourbillon du CES : « C’est du bon stress. Rien que la préparation de l’événement est ultra stimulante ».

« Une visibilité incroyable au CES »

Créée en 2016 à Bordeaux par les deux anciens chercheurs de l’Inria, Pollen Robotics valide à Las Vegas son concept de robot. Reachy montre ses capacités à saisir les pièces en bois du jeu de morpion mais aussi à exprimer des émotions avec son intelligence artificielle. « Nous voulons démocratiser la robotique dans les applications civiles », explique Matthieu Lapeyre. Aussi bien dans l’éducation (la start-up a collaboré avec l’éditeur Nathan) que dans le service aux personnes handicapées ou le secteur tertiaire et l’événementiel.

« On peut imaginer des robots interagir avec les clients d’un magasin pour distribuer des prospectus ou des objets », avance le cofondateur de Pollen Robotics. « Participer au CES avec la Nouvelle-Aquitaine nous donne une visibilité incroyable. Nous voulons accélérer notre développement avec une levée de fond potentielle cette année. »

Collaboration gagnante au sein de la délégation

A l’équilibre avec ses premières commandes et précommandes, en majorité en Europe puis en Asie et Océanie, Pollen Robotics (à suivre sur Facebook et Youtube ) veut maintenant tester le marché américain. « Nous sommes là pour ça au CES. Notre objectif est d’arriver à vendre au moins dix robots. L’accompagnement de la région Nouvelle-Aquitaine a été essentiel, aussi bien dans la logistique, que dans la préparation aux pitchs et aux relations publiques. »

Et Pollen Robotics a déjà mis à profit le potentiel de synergies qu’offrent les entreprises de la team Nouvelle-Aquitaine, présentes au CES. « Nous avons déjà commencé à travailler avec une start-up de la délégation, Axis, pour réaliser en impression 3D le corps de Reachy. »

Représentant une région française pionnière des logiciels libres , Pollen Robotics compte bien faire la différence avec un robot entièrement proposé en open source.  Une conviction qui détonne au cœur du temple du business. « C’est notre manière de gérer la propriété intellectuelle. Nous portons au CES un des rares projets robotiques en open source. Nous avons un temps d’avance sur tous les autres. »

Dans la valise de Pollen Robotics

  • Le robot Reachy
  • Des gâteaux bio
  • Des marinières pour toute l’équipe
  • Cartes de visite
  • Une boîte de tournevis
  • Un pistolet à colle
  • Des livres : “Jours barbares” de William Finnegan et “Generative deep learning” de O’Reilly

 

 

 



Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine