Joué

Dans la valise de Joué

La nouvelle version de Joué, instrument de musique numérique, fait déjà du bruit. Pascal Joguet a emmené un enregistreur audio pour capter l’ambiance à Las Vegas. Et il s’offre la collaboration de l’artiste Senbeï. Résultat : le son du succès avec un CES innovation award à la clé.

L’enregistreur audio, ce sera pour plus tard. Pascal Joguet, collectionneur de fonds sonores, l’a emporté à Las Vegas pour capturer des ambiances sonores qu’il aime réutiliser dans ses compositions musicales. Mais pour l’heure, dans le brouhaha du CES 2020, place au show : le fondateur de Joué est venu accompagné d’Hugo Sanchez alias Senbeï, beatmaker chargé de montrer les capacités de l’instrument numérique de la start-up, lors de courts concerts donnés dans l’espace Nouvelle-Aquitaine.

Qui de mieux qu’un pro de la musique électro (où brille aussi la French Touch) pour tirer le meilleur du Joué ? L’instrument numérique (qui porte le même nom que la start-up) se compose d’un support avec des récepteurs tactiles, la Joué Board. Viennent s’y placer des modules souples, claviers, touches ou cordes en silicone, qui permettent tous les effets sonores numériques. L’artiste bordelais Senbeï a déjà publié sur Facebook une vidéo d’un morceau réalisé avec le Joué, dépassant les 2,8 millions de vues.

La noblesse des instruments électroniques

 A son stand, la start-up fait essayer la nouvelle version de son instrument, le Joué Play, qui sortira courant 2020. La grande nouveauté de cette version est l’application développée pour Ipad. Car l’instrument s’utilise branché à un smartphone, une tablette ou un ordinateur. « La première version du Joué était très simple à utiliser, mais les logiciels trop compliqués », explique Pascal Joguet. C’est chose corrigée avec le Joué Play qui espère s’imposer sur le marché américain avec une idée : redonner de l’âme et de la noblesse aux instruments de musique électroniques, la plupart réalisés à bas coût.

Joué se distingue donc par l’utilisation de matériaux de qualité, dont du bois de Dordogne, pour un bel objet voué à durer autant qu’un instrument traditionnel (environ 400 euros la board ) sur eu.play-joue.com

Au CES, la collaboration avec Senbeï n’est pas une première pour Pascal Joguet, lui-même musicien. C’est lui qui, dans une autre vie, avait lancé en 2002 la start-up JazzMutant avec son fameux Lemur, un des premiers écrans de contrôle tactiles bien avant l’Ipad. Des artistes comme Daft Punk, Björk ou Justice assurent le buzz. « Au même moment, en Californie, un autre gars a eu la même idée que nous. Mais lui s’appelait Steve Jobs et avait plus de moyens. » Devant la déferlante de la technologie multitouch emmenée par Apple, l’aventure JazzMutant se termine en 2015. Le temps de retourner à ses premières amours, le piano, Pascal Joguet lance Joué en 2016.

Un CES Innovation Award 2020

Depuis sa création, la petite entreprise, basée à Bordeaux dans le coworking de Darwin, a écoulé plus d’un millier d’exemplaires du Joué (première version), commercialisé en 2018. Pour monter en gamme à l’international, Joué se structure avec un représentant à San Francisco et compte profiter au maximum de la visibilité apportée par le CES. Objectif : assurer sa présence auprès du géant Amazon, sésame du marché nord-américain. « Il faut maintenant exister auprès des médias, se fixe Pascal Joguet. Sans la Nouvelle-Aquitaine, nous ne serions même pas là, à Las Vegas. »

Joué (à suivre sur Facebook ) a déjà reçu un des Prix de l’Economie NéoAquitains en décembre dernier. Pour sa première venue à Las Vegas, la jeune pousse bordelaise a raflé un autre trophée, un CES Innovation Award, gage d’attraction sur le stand autant que les sets de Senbeï. Bien Joué !

Dans la valise de Joué

  • La Joué Board et ses modules
  • Un appareil photo numérique
  • Un enregistreur audio
  • Une enceinte mobile
  • Un mug
  • Un bonnet
  • De la propolis comme antibiotique naturel

 

 



Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine