Dans la valise de Sodium Cycles

Venu confronter son deux-roues électrique au marché américain, Benoît Marty a tenu à emporter le laguiole qu’il garde toujours avec lui. Un fidèle compagnon de route, artisanal et fabriqué pour durer, comme Xubaka, le scooter au look de moto développé par Sodium Cycles.

A l’heure du tout numérique, emporter un CD fait figure d’acte de résistance. « C’est comme ça, s’amuse Benoît Marty, j’ai du mal à faire la transition. » Le fondateur de Sodium Cycles  a aussi gardé avec lui son couteau de Laguiole avec lequel il a l’habitude de prendre ses repas, origine aveyronnaise oblige. Des valeurs sûres pour garder les pieds sur terre dans l’effervescence du CES 2020. Et se concentrer sur l’objectif principal du salon pour la start-up basée au Pays basque : tester l’attractivité de Xubaka, deux-roues électrique équivalent aux 50 cm3, entre le scooter et la petite moto.

Benoît Marty présente Xubaka.

XUBAKA from MARTY Benoit on Vimeo.

Sur son stand, Benoît Marty regrette de ne pas pouvoir faire essayer l’engin. Interdiction de faire rouler des véhicules dans les allées du salon, rappelle l’organisation. Dommage. Avec son châssis fait de tubes en acier soudés, Xubaka s’offre un look ravageur un peu rétro, assumant un côté indestructible taillé pour toutes les routes : campagne ou ville avec une prédilection pour les bords de plage. Le nom se prononce à la basque (« tchoubaka »), en référence au grand Wookiee de Star Wars, fidèle compagnon quoiqu’un peu caractériel. Hébergée sur le site Arkinova de la Technopole du Pays basque, Sodium Cycles a déjà soulevé des marques d’intérêt venant de la Floride, de la Californie et d’Austin, dans le Texas.

« Un vrai potentiel d’accélération »

Les atouts du deux-roues ne résident pas seulement dans son design. Xubaka fonctionne grâce à une batterie au lithium mais Benoît Marty travaille avec une start-up française, Tiamat, pour bientôt proposer des cellules de batteries sodium-ion plus durables et plus rapides à recharger. Situé dans le moyeu de la roue arrière, le moteur bénéficie d’une regénération passive qui permet de gagner jusqu’à 15 % d’autonomie supplémentaire. « Les scooters électriques présentés comme équivalents aux 50 cm3 développent généralement une puissance de 1000 watts. Le moteur de Xubaka monte à 2000 watts. C’est un véhicule avec un vrai potentiel d’accélération et de puissance que nous avons bridé pour qu’il reste dans la catégorie des 50 cm3. »

Xubaka, deux-roues entièrement personnalisable, est fabriqué à 90 % en France, entre la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie. Avec un prix allant de 6000 à 8000 euros, le modèle cible aussi bien les particuliers que les professionnels du service ou du tourisme. Créée en 2017, Sodium Cycles, qui a commencé par lever des fonds via une campagne de crowdfunding, a depuis obtenu un prêt bancaire et des subventions régionales. La commercialisation doit débuter à la fin du premier trimestre 2020.

« Je n’y serais jamais allé seul »

« Le CES est une formidable opportunité de récupérer des leads, des contacts qualifiés », poursuit Benoît Marty, qui reconnaît l’avantage de faire partie de la délégation Nouvelle-Aquitaine. « Jamais je n’aurais songé à aller seul à Las Vegas. Tout seul, je suis tout petit ici. Pour tout dire, je n’aurais même pas eu le temps de gérer la logistique du salon. »
Le CES 2020 est un premier -grand- tour de piste pour Sodium Cycles. A son retour en France, Xubaka veut gagner en vitesse. Benoît Marty souhaite développer un modèle électrique équivalent à 125 cm3. Avec une dizaine d’emplois à la clé sur le territoire, espère l’entrepreneur.

Dans la valise de Sodium Cycles

  • Le couteau Laguiole de Benoît Marty
  • Le livre « Les racines du mal » de Maurice G. Dantec
  • Un CD des Beastie Boys
  • Un casque audio
  • Quelques dollars


Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine