CES 2019 / Dans la valise de Silent Space

Les quatre collaborateurs de Silent Space ont chacun leur poupée vaudou ou peluche porte-bonheur. De drôles de petits grigris répartis dans les bagages avec plusieurs exemplaires du dispositif acoustique connecté conçu par l’entreprise de Brive-la-Gaillarde.


Elles emportent avec elles du talent, des ambitions et bien plus encore. La série « Dans ma valise » suit les entreprises de la délégation Nouvelle-Aquitaine au CES 2019, à travers leurs objets symboliques emmenés à Las Vegas.

Il y a la peluche renard, la poupée vaudou selfie et on vous laisse deviner à qui est la poupée boss. L’équipe de Silent Space est venue à Las Vegas avec de l’énergie à revendre et ses quatre fétiches censés éloigner les coups du sort. Bon, évidemment, l’entreprise compte surtout sur l’innovation qu’elle développe pour briller au CES.

Pour sa deuxième participation au salon, Silent Space revient avec une version upgradée de son dispositif acoustique actif qui améliore le confort dans les espaces de travail partagé. Deux petits boîtiers connectés à installer dans les open space pour créer des bulles de relative tranquillité acoustique : l’un est le récepteur qui change de couleur selon l’intensité du bruit ; l’autre diffuse un signal neutre non dérangeant qui masque les conversations. Résultats : moins de distraction et plus de concentration dans ces îlots virtuels où sont atténués les échanges de paroles des collègues éloignés.

Créée en 2014, Silent Space est la filiale R&D du bureau d’études Orfea Acoustique, fondé en 1997 par Frédéric Lafage (la poupée boss, c’est lui !).
Entre Paris et Brive-la-Gaillarde, trois ans de recherche et de développement ont été nécessaires pour mettre au point les produits hardware de l’entreprise, qui viennent en complément de solutions passives de réduction de bruit dans les espaces de travail : isolation ou casques individuels, qui paradoxalement incitent à parler plus fort.
Le dispositif a déjà conquis plusieurs grandes entreprises (une quinzaine de grands comptes) souvent friandes de « flex office » (pas de bureau fixe) dans des plateaux dépassant parfois les 1000 m2.

Chasser en meute avec les start-up de Nouvelle-Aquitaine

« La visibilité que nous apporte notre présence au CES avec la Région Nouvelle-Aquitaine est primordiale, analyse Ophélie Ghyselen, chargée de communication et marketing. D’autant plus que nous sommes obligés de créer notre marché. Au CES, on récolte ce que nous aurait rapporté un contrat d’un an avec un ingénieur commercial ». Une mise en contact et des appels entrants de clients européens et américains qui doit booster la commercialisation du dispositif acoustique sur le marché depuis 2017.
« Avec notre technologie hardware, nous sommes très complémentaires des autres start-up de la délégation Nouvelle-Aquitaine. On joue collectif pour chasser en meute. Il y a une vraie dynamique qui se crée. » Silent Space pourrait d’ailleurs bien s’allier avec deux autres entreprises de la délégation.

Mais pour l’heure, l’effervescence du CES ne laisse aucun temps mort (à voir sur le compte Twitter de Silent Space  @_SilentSpace_ et les retombées médias sont précieuses. « En pleine levée de fonds, il est aussi important de montrer que nous avons été choisi par la Nouvelle-Aquitaine pour faire partie de sa délégation, reprend Ophélie Ghyselen. Il n’y a pas mieux pour rassurer les investisseurs. » A quand une poupée vaudou Nouvelle-Aquitaine ?

 

Dans la valise de Silent Space

  • Polos
  • Chaussures
  • Flyers
  • Cartes de visite
  • Stylos
  • Casquettes
  • Lunettes
  • Dispositif Silent Space®
  • Porte-bonheur : poupées vaudous et peluche renard


Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine