CES 2019 / Dans la valise de Simob

Spécialisée dans la micro-mobilité en libre-service, Simob valide à Las Vegas son concept de plateforme modulaire pour gyropodes et gyroroues. Simone Stevanin est venu avec sa tenue fétiche : doudoune et casquette pour rester opérationnel dans tous ses déplacements.


Elles emportent avec elles du talent, des ambitions et bien plus encore. La série « Dans ma valise » suit les entreprises de la délégation Nouvelle-Aquitaine au CES 2019, à travers leurs objets symboliques emmenés à Las Vegas.

Il ne part jamais sans elles en déplacement. Une doudoune légère et une casquette, presque aussi indispensables que son smartphone et son ordinateur portable. Pas de costume-cravate trop guindé. Le CES, plus grand salon mondial des nouvelles technologies, a l’avantage de ne pas être trop formel. « On peut miser sur un tee-shirt avec une veste », assure Simone Stevanin, bien plus à l’aise pour faire la démonstration de Moonstart, le prototype de plateforme de micro-mobilité conçu par Simob.

Moonstart est une station de partage et de recharge pour gyropodes et gyroroues électriques : un hub modulaire à composer selon ses besoins.Moonstart en vidéo

Simone Stevanin est là pour valider la force du concept. La solution cible les acteurs du tourisme (ensembles hôteliers, parcs d’attraction, campings…), les entreprises (sites de stockage, ateliers…), les organisateurs d’événements (congrès, salons…). Et pourquoi pas les centres urbains, en recherche de solutions de déplacement sur de courte distance, pour un dernier kilomètre à faire. Dans l’effervescence du CES, le fondateur de la start-up bordelaise garde à l’esprit ses objectifs : « trouver des distributeurs et des partenaires de qualité ».

« Y aller seul ? C’est contre-productif ! »

Simone Stevanin, fondateur de l’Entreprise Simob

Lancée en 2017 au sein de l’incubateur Bordeaux Technowest, Simob mise sur le côté ludique et pratique des gyropodes et gyroroues (un peu d’apprentissage s’impose tout de même la première fois). Ces équipements au coût élevé restent une niche dans la micro-mobilité : d’où l’idée d’une mise à disposition en libre-service.
Le premier prototype de la plateforme Moonstart a été mis au point fin 2017, et Simone Stevanin, en duo désormais avec un associé, compte bien capitaliser sur sa participation au CES.

« Etre au salon avec la délégation de la Nouvelle-Aquitaine nous apporte presque tout ! Il est très difficile et quasiment contre-productif de participer à un tel événement seul. Au sein de la délégation Nouvelle-Aquitaine, le salon est livré clé en main. Et l’accompagnement de la Région nous offre de la visibilité et une vraie crédibilité sous le drapeau de la French Tech. »

Le travail se fait également avant et surtout après l’événement : « La participation au CES lance une dynamique qui va au-delà du salon lui-même. » Formidable carte de visite, le CES doit permettre de mieux se faire connaître auprès de partenaires locaux français, une fois de retour.

C’est une véritable expédition pour une première start-up, confie Simone Stevanin : « On découvre le monde des incubateurs, des structures accompagnantes, de la recherche de financement… » Et maintenant le gigantisme d’un salon qui fait référence en matière d’innovation technologique grand public. Dans sa valise, Simone Stevanin a également pris deux livres Folio : de fidèles compagnons de voyage dans cette aventure.

Dans la valise de Simob

  • Ordinateur portable
  • Smartphone
  • Deux livres Folio
  • Parfum
  • Casquette
  • Doudoune


Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine