#CES2018 #Naqui : L’homme augmenté dans la cité du futur

L’IA et la réalité augmentée intègrent toujours plus les produits au service des hommes. Objectif : créer des solutions de pointe pour faciliter les usages au quotidien. Au CES de Las Vegas, les start-up de la Nouvelle-Aquitaine dévoilent leurs innovations et testent leur produit en réel.

La cité du futur sera connectée. Grâce à l’intelligence artificielle ou à la réalité augmentée, les start-up de la région Nouvelle-Aquitaine imaginent des solutions de pointe dont certaines sont dévoilées et testées au Consumer electronic show (CES) de Las Vegas. « Nous sommes un révélateur de territoire. Notre métier, c’est de trouver les influenceurs », résume ainsi Laurent Tripied, CEO de Bziiit, start-up située à Bègles (Gironde). Celle-ci propose une plate-forme de captation de data dans un lieu donné (une ville, un quartier, un point de vente). Wifi, web, réseaux mobiles et sociaux : toutes les données récupérées – et anonymisées – par les algorithmes sont traitées pour déduire des segments marketing ultra-ciblés. Le but ? Proposer aux clients de Bziiit une communication précise et adaptée en dénichant les influenceurs. « Nous leur offrons de développer en trois mois leur notoriété de 100% », promet Laurent Tripied. L’aéroport de Bergerac et la Ville de Marmande ont été ses premiers gros clients. Près d’une soixantaine ont suivi en 2 ans.

Au CES, Bziit entend bien signer une ou plusieurs grandes enseignes. La start-up née à Sarlat (Dordogne) doit aussi dévoiler sa nouvelle plate-forme web qui révèle automatiquement la personae – profil visiteur – d’un lieu de passage à forte affluence grâce à une IA plus performante.

 

Pour Knock, une start-up girondine implantée au Bouscat, le CES est surtout l’occasion d’engranger les retombées média. Sa technologie vient tout juste d’être mise en ligne en France. « Nous allons aussi faire une démonstration, en s’appuyant sur Las Vegas ou San Francisco, pour montrer que ça fonctionne partout dans le monde », précise Benoît Palabre l’un des cinq fondateurs de Knock. Leur idée ? Développer un assistant virtuel pour trouver, en lieu et place de ses utilisateurs, le bien immobilier idéal. L’IA se base sur leur style de vie et pas seulement sur des critères classiques. « Plus elle agrège de données, plus elle peut cibler les profils et isoler une zone géographique restreinte, détaille Benoît Palabre. Au final, l’IA sélectionne trois annonces correspondantes. »

D’ici quelques mois, la start-up aura déployé Knock directement sur Facebook Messenger et lorgne déjà d’autres messageries instantanées et les assistants vocaux comme Google Home. De son côté, Wiidii continue à signer de grands comptes en France et à l’international et prévoit une levée de fonds de 5 à 10 millions d’euros d’ici le second trimestre. Fondée par Cédric Dumas, la start-up bordelaise dévoile à Las Vegas la seconde génération de sa technologie hybride, un assistant personnel mêlant intelligences humaine et artificielle pour répondre à toutes les demandes.

Implantée en Charente-Maritime, la start-up Ubidreams entend bien « alimenter sa veille et investiguer au CES les technologies présentes sur le marche ». Touche-à-tout, la société rochelaise développe applications hybrides et objets connectés. Elle propose également des solutions de transformation digitale sur mesure à ses clients parmi lesquels la gendarmerie française. « Notre métier, c’est de faire tout ou partie des back et front office, d’objets connectés ou d’API », détaille son dirigeant, Max Tessier. Ubidreams commercialise aussi ses propres solutions comme Mobeazy – dédié à la gestion des catalogues et des entretiens commerciaux en B to B – ou, d’ici le printemps prochain, MyTradeshow destiné au marché de l’événementiel et aux organisateurs de salon professionnels. Ubidreams développe ainsi une application et le concept de stand connecté !

Hypview et Sitigeo se trouvent aussi au CES. La première start-up, implantée à Brives (Corrèze), développe des solutions de réalité augmentée sur casque Microsoft Hololens à destination des secteurs du luxe et de l’art. Le fondateur de Hypview, Stéphane Jaubert-Segond, souhaite « révolutionner l’approche des objets à haute valeur ajoutée » en s’appuyant sur l’IA. La start-up bordelaise Sitigeo et son fondateur Aymerick Penicaut – également aux manettes de Ashler & Manson – continuent, eux, à développer leur site de vente immobilière basé sur la géolocalisation et réfléchissent à un produit financier de scoring de particuliers pour l’intégrer dans la Blockchain.

De son côté, Pack’n Drive développe un chatbot de déclaration de sinistres automobiles déployé dans les interfaces de véhicules connectés. Objectif : renforcer la sécurité et la transparence en s’appuyant sur des technologies de rupture comme la blockchain. La start-up installée à Mérignac (Gironde) compte lancer son produit en marque blanche et multiplier les partenariats avec des compagnies d’assurances et des constructeurs automobiles.



Propriété de la Région Nouvelle-Aquitaine